Vanessa, chargée de projet chez Maisons Berval

02 mars 2021

Diplômée en architecture, Vanessa a rejoint Berval récemment comme chargée de projet. C’est elle qui va adapter le projet de maison à son contexte urbain et géotechnique. Elle nous parle de son parcours, de son rôle au sein du bureau d’étude et de ses sources d’inspiration. Rencontre.

Maisons Berval : Tu as rejoint Berval récemment, quelles étaient tes motivations ?
Vanessa : Par goût, j’aime travailler dans l’environnement de la maison, et c’est ce qui m’a donné envie de rejoindre Berval. Un nouveau challenge et une expérience dans une entreprise dynamique, qui va me permettre d’exploiter toutes mes compétences en architecture pour commencer, mais peut-être aussi en aménagement et en décoration intérieur.

MB : Quel a été ton parcours avant d’arriver chez Berval ?
Vanessa : J’ai commencé avec un BTS en gestion par travailler dans la grande distribution, un domaine dans lequel j’ai fait mes premières armes mais qui a été surtout le révélateur de mes envies profondes. J’ai repris des études en commençant par une mise à niveau en arts appliqués, puis un BTS en design d’espace qui m’a emmenée vers l’architecture d’intérieur. Mais je voulais construire, alors j’ai enchainé avec une école d’architecture – l’ENSA Paris Belleville – et en janvier 2020 j’ai obtenu mon diplôme d’architecte. Je me suis installe à mon compte mais j’avais déjà travaillé pour des particuliers pendant mes études. Je faisais des projets de construction, de rénovation, des extensions : en dessous de 150 m2, sans être architecte, c’est possible. J’ai également travaillé au sein d’un cabinet d’architecte spécialisé dans la réhabilitation du patrimoine en France. Nous travaillions sur des ERP (établissement recevant du public), le musée de Picardie à Amiens par exemple.

MB : Aujourd’hui, à quel moment du projet interviens-tu ?
Vanessa : Une fois la vente de la maison acceptée, je prends le projet tel qu’il a été élaboré par le commercial à partir des modèles d’inspiration de Berval et des besoins et envies spécifiques du client. Mon rôle est d’adapter ce projet à différentes contraintes. D’abord, replacer le projet dans son contexte urbain en l’adaptant au PLU* (Plan Local d’Urbanisme). Ensuite adapter le projet au terrain à partir de l’étude de sol qui va nous donner une idée précise de la qualité du sol sur lequel sera implantée la maison. L’ancrage au sol de la maison est défini à partir des résultats de cette étude géotechnique. Cela peut représenter un coût supplémentaire qui est annoncé au client lors de la MAP (mise au point) technique. Une fois le projet validé en MAP technique, ce sont les dessinateurs qui reprennent et affinent le projet qui sera ensuite déposé en mairie pour obtenir le permis de construire.
* Le PLU est un projet global d’aménagement de la commune destiné à protéger et valoriser le cadre de vie.

MB : Quel est le secret d’une maison où il fait bon vivre, selon toi ?
Vanessa : c’est une maison confortable, lumineuse, ouverte sur l’extérieur, et aussi une maison qui vit, pas trop cloisonnée, polyvalente, avec des espaces qui peuvent accueillir des activités différentes en fonction des occupants et des moments de la journée, des époques.

MB : Nous aimerions connaitre tes sources d’inspirations ?
Vanessa : D’abord, Snøhetta qui est une agence norvégienne d’architecture incroyable, Jean Nouvel en particulier pour la réalisation du Louvres d’Abu d’Abi, et puis Charlotte Perriand, une femme qui s’est révélée dans l’ombre de Le Corbusier, tellement avant-gardiste et moderne !

MB : Pour finir, peux-tu nous dire, parmi les modèles d’inspiration développés par Berval, celui qui a ta préférence et pourquoi ?
Vanessa : Le modèle que je préfère est « Garnier » pour son inspiration contemporaine aux formes simples. Les espaces y sont proportionnés, fonctionnels et surtout ouverts sur l’extérieur. Implanté sur un terrain arboré et végétalisé, cette maison fera le bonheur de toute une famille.

Les dernières actualités