La réglementation thermique Bbio

Dans le cadre du Grenelle de l'Environnement et dans le but de réduire durablement les consommations et dépenses énergétiques, la réglementation thermique 2012 (RT 2012), est entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2013. Elle encadre et réglemente la construction de bâtiments. En conséquence, les constructeurs de maisons individuelles doivent prendre en compte les performances du bâtiment dès la conception du projet. L'objectif est que les maisons soient respectueuses de l'environnement, moins gourmandes en énergie, ce qui suppose aussi un meilleur confort de vie.

La RT 2012 comporte trois exigences de résultats relatives à la performance énergétique globale de la maison :

  • l'impact climatique (BBio),
  • la consommation énergétique (Cep),
  • la régulation de la température intérieure (Tic).
La RT 2012

Le BBio, ou l'exigence d'efficacité minimale du bâti

Le coefficient Bbio, autrement dit « besoin bioclimatique conventionnel », permet de calculer et de contrôler les besoins énergétiques qui relèvent du bâti. Le Bbio doit obligatoirement être inférieur à une valeur maximum, appelée Bbiomax, qui varie selon les régions et l'emplacement de la maison.

Pour assurer un Bbio performant, il s'agit de limiter la consommation d'énergie du bâti en imposant une optimisation indépendamment des systèmes énergétiques mis en œuvre, c'est-à-dire diminuer les besoins énergétiques générés par le chauffage, le refroidissement, l'éclairage, etc. Le Bbio est modulé en fonction

  • de la surface de la maison,
  • de sa localisation géographique,
  • de l'ensoleillement et de l'altitude.

La construction de la maison doit tenir compte de l'orientation et de l'environnement de la maison, afin d'assurer un apport solaire maximum en lumière naturelle et en énergie, l'idéal étant de privilégier une orientation Sud, Sud-Est, ou Sud-Ouest.

Pour favoriser les apports solaires tout en s'en protégeant (confort d'été), les fenêtres et baies vitrées doivent être égales ou supérieures à 1/6e de la surface habitable. La disposition des ouvertures est choisie de manière à éviter les déperditions d'énergie et ne pas occulter la ventilation la nuit, en privilégiant les ouvertures exposées au Sud (associées à des protections contre le soleil dans les régions chaudes) et en réduisant celles orientées au Nord. Le choix du vitrage dépend quant à lui de la région climatique : plus il fait froid, plus les vitrages sont performants.

Par ailleurs, concernant la construction proprement dite, le Bbio impose de réduire les déperditions énergétiques. Ceci suppose :

  • Des volumes compacts
  • Une isolation renforcée
  • Un soin tout particulier apporté aux ponts thermiques.

Le Cep, ou l'exigence de consommation énergétique

Le CEP, ou « coefficient de consommation conventionnelle d'énergie primaire », concerne la consommation énergétique de la maison. Il porte sur 5 « usages » :

  • le chauffage,
  • la climatisation,
  • l'éclairage,
  • la production d'eau chaude sanitaire,
  • les auxiliaires tels que les pompes et ventilateurs.

Le Cep max fixe la valeur maximum du Cep à 50 KwhEP/m2.an en moyenne. Cette exigence impose des équipements performants et respectueux de l'environnement. Là aussi, comme pour le Bbio, l'isolation est capitale, notamment pour le confort thermique et acoustique.

Le choix du chauffage est prépondérant. Les systèmes de chauffe-eau thermodynamique ou solaires ou de plancher chauffant couplé à une pompe à chaleur (PAC) font partie des plus utilisés. L'installation d'une VMC double flux favorise la qualité de l'air intérieur et l'optimisation du chauffage.

Le Tic, ou l’exigence de confort intérieur

Le Tic correspond à la « température intérieure conventionnelle en période de forte chaleur ». Il mesure la température maximale idéale dans votre maison neuve (moyenne des températures relevées au cours des cinq jours les plus chauds de l'année). Le Tic de référence dépend de la localisation géographique de la maison.

Cette dernière exigence de la RT 2012 permet d'assurer un confort de vie quelles que soient les saisons, tout en limitant la consommation énergétique (chauffage, climatisation, etc.) en profitant des apports solaires. Le principe est de construire une maison dans laquelle la température intérieure en été ne nécessite pas d'utiliser un système de climatisation. Pour ce faire, il faut limiter l'entrée de chaleur dans la maison et favoriser l'évacuation de l'air l'intérieur (chaud) pendant la nuit.

Rejoignant les principes du Bbio, l'orientation et la disposition des ouvertures (fenêtres et portes-fenêtres) sont capitales, tant pour l'apport de chaleur que pour la ventilation. De la même manière l'isolation joue aussi un rôle important : une isolation renforcée permet de limiter les échanges de flux d'air entre l'intérieur et l'extérieur de la maison, favorisant une température régulière tout au long de l'année.